Nos jeunes années animées

 

La mire

Il fut une époque pendant laquelle le Cameroun était un pays vraiment uni. Uni au point où tout le monde faisait la même chose au même moment. Je parle là d’une période partant de la moitié des années 1980 jusqu’à la fin des années 1990. Période exacte pendant laquelle les puissants médias étatiques de mon cher pays menaient toute la population du bout du nez. Le système de radio et de télédiffusion public est regroupé au sein de la très grande CRTV (Cameroun Radio & Television, [prononcer siartivi]). Les programmes de la CRTV Télé n’était pas très fameux à cette époque (et ils ne le sont toujours pas, car j’avoue que je la regarde actuellement moins de 6 heures par an) et la radio, je ne sais même plus si elle existe. Ah si, elle existe! Les bulletins de paie en ont la preuve. Le truc c’est que depuis la fin des années 1990, surtout grâce à la Coupe du monde 1998, les bouquets de télé satellite se sont démocratisés. L’avènement des années 2000 a vu naître dans presque tous les coins du pays des stations radio et des chaînes de TV qui ont sérieusement mis à mal la vénérable CRTV. On a appelé ça par la suite la démocratie et la manifestation de liberté d’expression. De temps à autres, il m’arrive de repenser à cette époque dorée où tout le monde était scotché CRTV. Surtout nous jeunes enfants que nous étions. Je me rappelle surtout des dessins animés qui sont entrés dans notre légende. Mais ceux qui n’ont pas grandi à Douala et à Yaoundé ne peuvent pas comprendre (nos parents nous disaient que dans les autres villes il n’y avait pas de télé parce que le signal n’y parvenait pas. Du coup, c’était compliqué d’aller en vacances). Flash back!

 

D’aussi loin que je me souvienne, le tout premier dessin animé que j’ai regardé dans ma vie était Rahan, le fils des âges farouches. L’intrigue se situait à l’ère des mammouths et autres bêtes géantes qui n’existent plus. Rahan, l’homme au cheveux de feu, était un solitaire qui avait pour seul vêtement un caleçon; il était armé d’un coutelas (probablement une canine de smilodon) dont il ne se séparait jamais et qui lui servait de boussole quand il ne savait pas où aller. Mais son but ultime était d’atteindre le soleil. A-t-il réussi? L’histoire ne le dit pas. Ou la CRTV ne le dit pas. Parce que remarque était faite que notre chère chaîne de télé n’achetait jamais la totalité des épisodes d’une fiction.  Les quelques uns dont elle disposait étaient montrés et remontrés.

Beaucoup de camerounais ne le savent pas, mais aux débuts de la CRTV Télé, il y avait un magazine qui était distribué (ou vendu, je ne le sais pas) aux téléspectateurs dans lequel était détaillé tout le programme de la chaîne. Cette merveilleuse initiative mourut bien vite, mais j’avais quand même eu le temps d’y découvrir Lucky Luke, le fameux cowboy solitaire toujours à la recherche des Daltons.

Un dessin animé ivoirien connut alors un merveilleux succès auprès des bambins que nous étions, lorsque sa diffusion commença: le très célèbre Kimboo, qui était chargé de chaperonner sa soeur Kita, qui se trouvait toujours les pieds dans son perroquet qu’il appelait affectueusement « oiseau de malheur ». Cette équipe était persécutée continuellement par un homme d’une élégance rare qui avait pour doublon un gros maladroit et auquel il aimait dire: « tu es bête comme un dindon, toi! Dis donc! ». Ce qui provoquait toujours chez nous de gros éclats de rires. Il me souvient que la chanson du générique de ce dessin animé était une oeuvre de Manu Dibango, le saxophoniste camerounais.

Ce qu’il faut signaler c’est que le rituel était bien rôdé. L’ouverture d’antenne était fixée chaque jour à 18 heures. Midi pour le samedi et 8 heures pour le dimanche. Et les programmes étaient arrêtés tous les jours à minuit. Les dessins animés, eux, étaient programmés du lundi au vendredi à 18 heures 05. On avait droit à un seul épisode par jour. A 18 heures 30, c’était fini. Il fallait laisser la place aux grands avec leurs émissions compliquées. La seule exception à cette mécanique était accordée soit pendant les grandes vacances (là on avait droit à une ouverture d’antenne avancée de deux heures en semaine, avec l’inoubliable « Vive les vacances » avec la non moins oubliable chanson « Bambam beh » du groupe Rhum-Tah!), soit pour les jours fériés. Et lorsque le férié était dû à une fête musulmane (mouton ou ramadan) on avait immuablement droit à Aladin et la lampe merveilleuse.

Je me suis toujours demandé où est ce que notre chaîne était allée trouver ce film. Dernièrement, lors de mes recherches, j’ai découvert que le truc avait été réalisé en… 1970! Et on continuait à nous le servir vingt cinq ans plus tard! J’ai toujours un petit sourire quand je me remémore certaines séquences de cette animation: Aladin, quand il voulait faire sortir le génie de la lampe, frottait celle-ci en prononçant le nom de son feu père trois fois: « Mustafa, Mustafa, Mustafa »… Le roi et sa moustache qu’il aimait caresser et qui émettait un son marrant quand il la relâchait… La façon dont le sorcier remuait les doigts quand il voulait invoquer son génie… La chanson que le sorcier malfaisant interpréta dans la baignoire en compagnie de son perroquet, après qu’il eût enlevé la princesse… Cette chanson, nous l’avions réinterprétée en modifiant le texte. Ce qui donne un truc assez salace. Cette version débutait par: « Je rase ma barbe, je rase mes poils… ». Et c’est cette dernière version que tous les petits camerounais ont préféré  mémoriser.

Il y avait tout de même un impératif dans le cahier de charges des programmateurs de la CRTV Télé. Le Cameroun étant un pays bilingue, il fallait le faire refléter dans les programmes, donc dans les dessins animés. Raison pour laquelle on nous a infligé pendant de trop nombreuses années l’américain The Bugs Bunny Show! Cette série, en anglais, mettait en scène une multitude de personnages, parmi lesquels le malheureux coyote qui passait sa vie à poursuivre un volatile, le Road Runner (que nous appelions « bip! bip! » ou « mip! mip! ») qu’il ne parvenait jamais à attraper. Le coyote, décidément très facétieux, ourdissait des plans plus élaborés les uns que les autres et toujours sans succès face à un géocoucou malin et chanceux. Il y avait aussi Tweety, le canari jaune, Mémé à la canne redoutable pour le Gros Minet lequel de temps à autres se faisait déposer à la course par Speedy Gonzales!

Nous avons aussi eu notre dose de japonaiseries. A commencer par les mémorables Aventures du Bosco dont la chanson de générique devint le jingle de l’émission satirique la plus écoutée à l’époque à Douala (Sucré-Salé-Pimenté à la FM105, pour les connaisseurs). Les personnages de cette fiction étaient la princesse Abricotine qui essayait de reconquérir le trône du Pays des Fontaines à l’aide de ses amis Fiacre, Otto et Tutti. Autre manga: Les aventuriers de l’espace, bien plus loufoque. Le petit Rana, ses lasagnes qu’il mangeait toujours d’un appétit dévorant,  avec sa femme immense et leur sept enfants; le sérieux Toppy et sa femme Brigitte, le timide Giraffe amoureux en secret du professeur Anne et Sibip, l’extraterrestre au luth qui avait une chanson qui faisait toujours pleurer quand il la jouait. Sa mélodie était l’arme principale du groupe lorsqu’il se retrouvait cerné d’ennemis. Je n’oublie pas Alice au pays des merveilles et Clémentine, la fille d’aviateur qui elle-même voulait voler.

Avant de connaître Robin des Bois, les petits camerounais que nous étions avions eu l’honneur de découvrir Robin Fusée. L’histoire du héros qui vole aux riches pour donner aux pauvres ne change pas, sauf que dans le cas de Robin Fusée le théâtre d’action est intersidéral, il utilise des fusées (évidemment) et des armes bien loin des flèches et carquois. Mais ceux des amis de Robin que nous préférions étaient le Frère Tuck, le glouton et Petit-Jean le grand costaud super fort! Dans la même veine, on peut citer Starcom, qui mettait en scène des éléments de la division spatiale de l’armée américaine.

En y en a eu bien d’autres: Denver le dernier dinosaure, Samba et Leuk (et Togoum),  la Compète (Pierre et Isa), le Roi Léo, Michel Vaillant, Il était une fois la vie, Ordy, Barbapapa, Pingu… Je ne saurai tous les citer ici, ces dessins animés de notre enfance. Les jeunes d’aujourd’hui ne sauront jamais ce que c’est que de se retrouver à l’école et d’être tous sur la même longueur d’onde. On regardait les mêmes choses, donc forcément, on se comprenait! Ils ne sauront jamais ce que c’est que de filer à toutes jambes vers la maison une fois l’école finie, de céder au chantage de maman qui nous soumet à tous les travaux possibles, de s’astreindre à les exécuter le plus rapidement possible pour qu’à 18 heures, elle accepte d’allumer la télé…

Aujourd’hui, ces jeunes ont au moins huit chaînes câblées qui diffusent des cartoons à toute heure du jour et de la nuit. Leur cerveau est totalement  saturé, tourneboulé. Et pour ne pas aider, les intrigues sont ficelées à l’extrême. Dans Road Runner, un coyote essayait d’attraper un oiseau pour le manger. Point! Essayez un peu de comprendre les tenants et les aboutissants de… Naruto, par exemple! Et surtout, pensez à venir m’expliquer ça. Mais avant, dites-moi quelles sont les autres fictions animées qui éveillent votre nostalgie?

[youtube IOOPsMNiiIM 360 250]

 

Par René Jackson

The following two tabs change content below.
René Jackson Nkowa
Diplômé de faculté de droit et d'école de commerce, je me passionne pour la communication, le management et l'écriture. Un peu geek sur les bords, j'aborde la vie avec une certaine poésie. Bonne lecture.
René Jackson Nkowa

Derniers articles parRené Jackson Nkowa (voir tous)

22 thoughts on “Nos jeunes années animées

  1. Molierissimo, Mariane, les stroumphs, Badabock, Alice au pays des merveilles… Il y avait aussi un dessin animé qui se passait sur les nuages… Il y a si longtemps que je ne me souviens mm plus du nom.

    Mais le plus extraordinaire pour moi demeure Ordy, très instructif !

  2. Tu as ouvert un pan de ma memoire que j’avais deja occulte loooool ! merci Jack ! ca me rappelle des choses. Mais surtout je me souviens d’un film qui avait ete diffuse a l’aoccasion d’une « semaine Canadienne » ou un mec se retrouve dans une etable avec une femiere et lui fait l’amour d’une facon outrageusement pornographique avec des gros plans et pendant un long moment interninable, le tout en plein 19H et devant mon paternel ! on etait tous cramoisis ! chacun cramponne dans son siege incapables de bouger, ni meme de respirer. Je me souviens que mon frangin n’avais rien trouve d’autre que de faire semblant de dormir. Et juste apres cette scene penible mon pere a dit  » Eteignez la tele et allez vous coucher » tu te rend compte ? un vendredi ? alors que la sceance Cine « tuborg » du soirs etait attendu avec impatience ? je ne m’en suis « presque » jamais remis looool.

  3. Renard le roi de l’entourloupe, les pouluards et les touf touf, pif et paf ami coe chien et chat, inspecteur gadget, sherlock holmes et son ami le docteur watson….. oulala je sature là !!! ^^ mais la palme revient à pingu (dialogue en pinguin sans sous titrage, mai à die de lap)

  4. @armand yaaakooooo mon frère, moi mem je sens la douleur dans tes mots. c’était koi ce film, c bizar ça ne me dit rien. wèèèèèè i remember la seance cine tuborg, aucun film diffusé n’a été à la hauteur de la pub tuborg en intro, yeucchhhhhh sa musik te tenait en haleine…

  5. cé a rendre nostalgik le plus imperturblable dé hommes de cette génération: « notre génération ». tu me renvois dans de très beaux rêves Jack (peut-être même les plus beaux). des souvenir comee ca rendent désarmés les plus coriaces hommes.

  6. au fait, « Ordi » j’aimais pas trop, c’était trop instructif et pas assez zab comme « Bip bip » par exemple, ni assez d’action comme « Rahan » avec son coutelas et ses cheveux de feu. Et puis faut avouer que « Naruto » (qui me passionne) n’est pas au niveau des petits qui ont notre âge à cet époque là. EN réalité on aimait aussi des films d’action juste pour leur grandes scènes d’action et non parce qu’on y comprenait forcément quoi que ce soit

  7. AH mon frère, je ne sais pas comment tu as fais, mais en tout cas ce matin tu m’as fait rêver. revoir tout ceci sur ton commentaire je me demande si tu n’es pas l’un des acteurs de toutes ces belles choses qui nous ont fait tant rêver, entre autre LE MONDE MAGIQUE DE CHANTAL GOYA et aussi QUAND LES PEUPLES JOUENT, VILLAGE DANS LES NUAGES. les enfants d’aujourd’hui ne savent pas que notre époque avait aussi des choses NYANGA, ils nous depassent avec quoi même? parcequ’ils regardent EL DIABLO? nous aussi à cette époque nous avons regardé ISAURA, MADEMOISELLE, VIRGINIA et j’en passe .
    Chapeau mon frère et mille merci pour tous ces beaux souvenir; quelle NOSTALGIE.

  8. ah frère il est très important de revoir de temps en temps ce genre d’images histoire de plongez dans une nostalgie exaltante…mon préféré AVENTURIERS DE L’ESPACE

  9. C’était vraiment le bon temps. Ce temps où tout il était beau, tout il était gentil et où on avait tous les mêmes délires. Que de souvenirs rassemblés en une seule publication. « Clémentine, quand tu fermes les yeux…. », « Samba & Leuk » que j’avais complètement oublié. Merci mille fois.

  10. JE NE SAURAI EXPLIQUER MA JOIE.EN LISANT CE TEXTE J’AI RESASSE TOUTE MON ENFANCE VECU A DOUALA ET MON TONTON SI TU AS OUBLIE L’ECOLE DES CHANPION.

  11. Eh mon qu’elles émotions je n’ai arrêter de hurler de joie et de rire vraiment aux éclats à travers ce beau récit qui m’a plongé 25 ans en arrière je me souviens encore

    1. ah j’ai 28 ans aujourd’hui et le monde magique de Chantal Goya, le roi léo, les aventures du Bosco, le chevalier du labyrinthe, le fort boyard, tortues ninja, ernie and bert, k2000, les polluards et les touf-touf, aladin, cocotte minute, rahan bref je passerai même toute la journée à citer saches ke ces programmes me manquent tellement et ça n’a rien à voir avec les conneries que la CRTV nous diffuse aujourd’hui! merci mon frère de m’avoir fait revivre mon enfance. merci encore!

  12. je me souviens encore de Cot Cot Minute : de Pif et Hercule : Cherlok’olms avec ( le professeur Moriarty ) : Tao Tao : de Colagole : de Renard ( le chenapan ) : Ratons laveurs de Cupidon. merci pour ces beaux souvenirs

  13. Je suis très contente d’avoir découvert ton blog. Ce sont juste les meilleurs souvenirs télévisés de mon enfance, je me suis remise à penser à mes dessins animés et je suis tombée sur ton blog. J’ai ressenti beaucoup de nostalgie et repenser à toutes les personnes qui étaient encore en vie… Merci beaucoup

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *