La Reine Blanche

J’étais affalé dans mon canapé hier, la zappette à la main, parcourant distraitement les chaînes du bouquet satellite, quand je tombe sur  le canal télévisé le plus regardé au Cameroun, une chaine  locale. Là, je vois une femme Blanche qui parle un idiome qui ne correspond pas du tout à la couleur de sa peau. Je crois tout d’abord à un doublage. J’hausse le son et je me rends compte que le phrasé et les mouvements des lèvres sont parfaitement synchrones. Des souvenirs rejaillissent. Ben oui, cette femme Blanche qui parle ainsi la langue bangangté, avec précision et accent, est l’une des plus atypiques que j’aie connues et représente une fierté pour le camerounais que je suis! Il s’agit de la Reine Claude Njike-Bergeret, épouse du Chef traditionnel de Bangangté, le feu Pokam François Njike. Je vais partager avec toi, cher lecteur, l’histoire de celle qu’on appelle affectueusement ici la Reine Blanche.

Le groupement bamiléké est installé dans la région de l’Ouest au Cameroun, qui est situé géographiquement au sud-ouest du pays, dans ce qu’on appelle « la fesse » (la carte du Cameroun pour comprendre), est l’une de celles qui garde encore encrée dans ses mœurs une richesse culturelle criarde et qui préserve ses traditions ancestrales envers et contre tout. C’est dans ce contexte que se trouve la ville da Bangangté, qui est aussi une chefferie. La structure des chefferies bamiléké est très organisée et surtout rigoureusement hiérarchisée. A leur tête, trône un chef, entouré de multiples courtisans. Le chef est assisté d’un conseil de notables qui l’aident lors de la prise de décisions. En dessous de cette caste dirigeante, il y a les sujets de sa Majesté. Ce sont des monarchies dynastiques, le pouvoir  est transmis de père en fils, que ce soit celui de chef ou celui de notable. Le chef peut avoir un nombre illimité d’épouses. Un chef nouvellement intronisé hérite de toutes les épouses de son feu prédécesseur. Il en est de même pour les notables. Pour le touriste de passage au Cameroun, c’est un endroit dont je recommande la visite (je l’ai d’ailleurs décrit ici et ).

La petite Claude Bergeret nait à Douala, au Cameroun, en 1943. Ses parents sont des missionnaires protestants français venus porter l’évangile dans nos contrées qui autrefois furent lointaines. Son père est pasteur. Quand elle a trois ans, ses parents sont détachés à Bangangté où ils fondent une école. Elle y débute sa scolarité et y vit pendant les dix années suivantes, avant le retour de sa famille à Pons, en France. Là, elle continue ses études, se marie et met au monde deux enfants, avant de divorcer. En 1974, elle revient au Cameroun où elle a ses racines, s’installe à Bangangté et reprend le poste de direction de l’école occupé par ses parents quelques années plus tôt. Quatre ans plus tard, elle épouse le Chef Pokam Njike, alors chef des bangangté et devient ainsi l’une de ses… quarante femmes.

Pourquoi ai-je épousé le chef traditionnel de Bangangté ? Parce que je l’aimais, voilà tout. Et puis, ce genre de questions, on ne se les pose pas dans mon pays (le Cameroun, ndlr), on ne se les pose pas en Afrique. Demandez donc à un africain : Que faisait cette Blanche au sein d’une chefferie polygame ? Il répondra simplement : Dieu seul le sait. Pour lui, personne n’est maître de son destin. Nul besoin d’explication, d’analyse, Dieu seul le sait. Rechercher la sagesse est bien plus important que la quête du savoir.

Ce mariage a fait des remous au sein de la communauté européenne locale, car cela allait totalement à contre-sens avec leurs valeurs. Une chrétienne, européenne et fille de pasteur de surcroît, n’allait pas épouser un bonhomme ayant déjà des dizaines de femmes et pratiquant des coutumes aussi sombres et païennes que mystiques ! Par contre, chez les autochtones, ce ne fut pas un évènement si différent des autres. Elle fut acceptée dans la famille royale, vécut parmi ses coépouses et eut deux autres enfants de cette union.

Malheureusement, elle perd son mari et quitte la chefferie pour aller  s’installer près du fleuve Noun, en pleine savane, où elle développe une exploitation agricole. Elle y vit depuis près de 27 ans et travaille en compagnie de ses fils.

Personnalité très connue, elle et ses enfants sont complètement intégrés dans la société locale, où ils exécutent les mêmes travaux que les autochtones. Quand on lui demande si la vie n’est pas très ardue dans ce coin reculé du pays bamiléké, elle répond par une simplement :

Au Cameroun, on peut être encore soi-même, on peut avoir une liberté individuelle, on peut vivre en dehors des clichés et c’est ça qui me permet de vivre au-delà de ce que j’ai pu imaginer. Au Cameroun, je peux vivre dans la nature, à son contact, avec ses dangers, avec cet infini (…) Depuis 45 ans que je vis dans la brousse africaine, je la découvre chaque jour tout en restant au même endroit. Quelqu’un qui survole un paysage ne peut pas imaginer ce qu’on peut découvrir au contact de ce qui est notre seul milieu naturel. Partout ailleurs, nous sommes sous perfusion, nous ne sommes pas dans notre élément naturel. Là où vivent les citadins, je crois que personne ne peut comprendre ce que je ressens (…)

Et qui est déjà allé dans les grassfields peut la comprendre.

Parlant de sa vie en tant qu’épouse d’un chef traditionnel, elle avoue que cela n’a pas à certains moments été facile pour elle. Elle a en effet souvent été battue par son époux, ce en présence de tout le monde. Mais de façon globale, elle trouve que la vie dans la chefferie était agréable et que c’était facile d’endurer cela car elle aimait son mari. Sa famille quant à elle a refusé de la comprendre et de donner son assentiment à ce mariage. Elle profite de sa vie calme en pleine brousse pour s’adonner à l’écriture. La Reine a déjà publié trois livres : Ma passion africaine en 1997, La Sagesse de mon village en 2000 et Agis d’un seul cœur en 2009.

L’histoire de Claude Njike-Bergeret est édifiante car aujourd’hui, surtout pour nous les jeunes africains en général et camerounais en particulier, on évolue dans une logique de rejet. Rejet de toutes les traditions, des us et des coutumes de nos ancêtres qui ne représentent rien de plus que des carcans dont il faut se débarrasser. A l’époque de la recherche de la facilité, des regards tournés vers un occident qui commence à détourner les siens de nous, trouver dans les tréfonds de la savane africaine un spécimen pareil doit inéluctablement nous pousser à reconsidérer la valeur réelle, intrinsèque de notre terre, de nos coutumes, de nos traditions. Elle voue sa vie au Cameroun, au développement de sa localité et n’a pas peur de s’échiner pour avoir sa pitance. Elle effectue avec ses fils des travaux que même nous, africains, regardons souvent avec une moue dédaigneuse.

Tout ceci par amour. Ne dit-on pas qu’il peut déplacer les montagnes ? Briser les frontières ? En voici une preuve authentique ! Claude Njike-Bergeret est une reine. Reine d’un pays bamiléké. Reine d’un peuple. Amoureuse d’une terre, d’un pays, d’un homme… Elle est un exemple d’abnégation pour chacun d’entre nous. Une illustration supplémentaire en est faite dans cette surprenante et profonde interview qu’elle a donnée il y a quelques années déjà…

Je dédicace ce texte à Ziad Maalouf, journaliste à RFI. J’espère qu’il comprendra pourquoi.

Par René Jackson

The following two tabs change content below.
René Jackson
Diplômé de faculté de droit et d'école de commerce, je me passionne pour la communication, le management et l'écriture. Un peu geek sur les bords, j'aborde la vie avec une certaine poésie. Bonne lecture.
René Jackson

Derniers articles parRené Jackson (voir tous)

13 thoughts on “La Reine Blanche

  1. Mmmm ca me liasse pensive cette histoire de Reine. Et bravo a elle, elle a vrt reussi son integration. Moi je suis au Perou depuis 8 mois et j avoue que le choc culturel est dur a supporter justement car des manieres d etre ou de travailler me heurtent profondement… c est tres violent au fond. Donc pouvoir totalement renverser ses valeurs je trouve ca vraiment interessant. merci!!

    1. Je viens de découvrir votre message à l’instant! Cette femme ne réside pas au cameroun depuis 8 mois, elle y est née! ce sont c’est racines. Elle a hérité de fait d’une double culture.

  2. Bonjour,

    Je découvre votre blog. Dans cet article, vous reprenez un extrait de l’interview que j’ai réalisée de Claude Njiké-Bergeret. Vous donnez à la toute fin du texte le lien vers un site internet pour retrouver l’original de mon interview. Je voulais vous signaler que le site que vous avez mentionné n’existe plus. Il s’agissait d’un carnet de voyages que j’ai supprimé. L’intégralité de l’interview de Claude Njiké-Bergeret se trouve sur mon blog régulièrement mis à jour : fannyborius.over-blog.com

    Merci de la prise en compte,

    Cordialement,

    Fanny Bo.

  3. JE SUIS BANGANGTE .JE VOUS FELICITE D AVOIR RACONTE CETTE HISTOIRE AVEC EXACTITUDE A TOUT LE MONDE ENTIER.TOUT BANGANGTE DOIT ETRE FIER A TRAVERS SA CHEFFERIE QUI A FAIT MONTRE DE LA GLOBALISATION OU DE LA EUROPENNISATION EN SON SEIN.MON QUARTIER A BANGANGTE EST BANEKANE PLUS PRECISEMENT OU SE SITUE LE SIEGE DE L UNIVERSITE DES MONTAGNES;QUAND NOUS ETIONS TOUT PETITS NOUS NOUS METTIONS EN BORDURE DE ROUTE POUR VOIR POASSER CLAUDE ET SON MARI POUR LA PLANTATION.JE SOUHAITE LONGUE VIE A CLAUDE POUR SON TEMOIGNAGE QUI NE FAIT QUE MULTIPLIER LES ADMIRATEURS DES FILS BANGANGTE ET LEUR CHEFFERIE.MERCI ET A PLUS

  4. Plus je lis l’histoire de cette grande dame plus j’aime ce qu’elle représente ….
    Je suis la maman (française) d’une petite fille franco camerounaise son papa à été introniser au Cameroun récemment et de ce fait j’ai perdu l’homme de ma vie car moi je ne suis pas née las bas et mon intégration aurais été trop difficile de plus je ne suis pas pour le partage et donc la polygamie est totalement exclu … Pourtant chaque jour je souffre de cette absence j’aurais aimer avoir la force de cette grande dame , mon amour pour cet homme est pourtant immense et je garde espoir qu’un jour on se retrouveras mais je sais après tout ce que j’ai pu lire que c’est impossible …
    Le Cameroun reste un très beau pays auquel je serais pour toujours très attaché car c’est les racines de ma fille et je souhaite qu’elle grandisse avec l’amour de son pays et j’espère pouvoir y allez un jour …..

    1. Bonjour.
      j aimerai vous dire que vous avez fait ce que vous pensiez etre bon pour vous.
      Mais etes vous heureuse?
      En toute chose, il faut penser quand meme a soi, son bonheur…

  5. Bonjour, Je suis René Français Marié, retraité et Grand Père 5 Fois.
    J’adore ce Pays et la région de BANGANGTE que j’ai découvert il y 11 ans bien qu’ayant vécu et travaillé 4 ans à DOUALA de 1965 à 1969. Oui magnifique le CAMEROUN et ses habitants. AMANDA pensez à y aller en temps que Mamie vous serez accueillie avec bonheur
    Et vous pourrez visiter les CHEFFERIES , ROYAUMES BAMILEKES et le SULTANAT de FOUMBAN . Vous serez enchantée de votre Voyage .. Bien à Vous

  6. Re Bonjour et en plus vous pourrez si l’état de la piste le permet aller voir Mme Claude NJIKE BERGERET avec laquelle je suis en contact fréquent par téléphone . La Reine doit venir en FRANCE ces jours ci pour quelques semaines et j’aurai sûrement le plaisir de la voir

    1. bonjour, NEVEU
      je suis touché par ce que fait la reine blanche. Entend que camerounaise je fais les études en tourisme et mon projet est basé sur l’écotourisme au CAMEROUN et je pense Mme NJIKE peut m’apporter des conseilles sur ce projet. J’aurai souhaité que vous m’aidez à la rencontrer ou la contacter.
      Merci d’avance

  7. merci de vos commentaires je ne suis pas mamie mais maman d’une petite franco camerounaise et j’aimerais tellement échanger avec cette grande dame j’aurais milles questions a lui poser mais je pense qu’elle ne souhaite pas être déranger durant son voyage en France … vous avez vraiment une chance incroyable de la connaitre transmettez lui toutes mes amitiers …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *