C’est quoi, être un blogueur au Cameroun?

keep-calm-we-are-just-blogging

Ceci est un petit précis à destination de Monsieur Xavier Messe A Tiati et des autres qui, à l’office public de radio et télédiffusion ou alors au quotidien étatique national, depuis quelques jours mènent une entreprise de lynchage des blogueurs. Ce post est corporatiste et assumé comme tel.

Parce que tout ce qui a été dit ces derniers jours est la preuve manifeste d’une absence de maîtrise du sujet. Parce que, comme on le dit si bien dans nos rues à Douala ou à Mbalmayo, « quand tu ne connais pas, il faut demander ».

C’est quoi, être un blogueur au Cameroun ? Pour répondre à cette question, il est nécessaire d’en poser une autre, plus générique : c’est quoi être un internaute au Cameroun ?

L’internaute camerounais se connecte principalement à Internet par le biais d’un téléphone portable. Il est principalement jeune. Et qui dit « jeune » dans notre pays, dit pouvoir d’achat nul ou presque. L’internaute camerounais, malgré qu’il soit désargenté, doit, s’il veut avoir accès à cet espace de liberté, de connaissance et d’expression, payer le prix fort. Parce que les coûts d’internet sont exorbitants. Parce qu’à notre époque, certains volumes de nos forfaits se mesurent encore en termes de mégaoctets. Des mégaoctets adossés à des bandes passantes faméliques.

Pour résumer, l’internaute camerounais paye une fortune pour sa connexion et ne peut pas avoir accès à un certain type de contenus parce que son forfait aura vite fait de s’épuiser ou alors parce que le débit de connexion sera mauvais. En plus de cela il doit les contrôler au doigt et à l’œil, ses ridicules mégaoctets, de peur de se les faire chaparder par son opérateur.

Et quand, un peu fou, tu décides de contribuer à ce vaste mouvement global en devenant blogueur, entre autres, d’autres problèmes s’y additionnent. Je ne saurais dire le nombre de projets de billets, posts, podcasts ou de vidéos tombent quotidiennement à l’eau à cause des coupures intempestives et à rallonge d’électricité. Lesquelles coupures se font un malin plaisir de griller le peu d’équipement de production que tu as réussi à acquérir. En plus, il faut que tu en sois arrivé à te dire que tu ne feras pas cas des remarques de tous ceux qui autour de toi, ne comprenant rien à ce que tu fais, te demandent : « mais pour qui te prends-tu ? Pour un journaliste ? Parce que les vrais journalistes, eux, sont à la radio et à la télé. »

Ce qui ressort de toute cette cabale anti-blogueurs et anti-internautes est que ceux qui se répandent dans les médias payés par nos impôts n’ont pas compris le début du commencement de la définition du blogging, de ses outils, de ses buts et de ses finalités.

Le blogueur sait qu’il n’est pas un journaliste et ne prétend pas l’être

Vous devez comprendre que tout blogueur qui se respecte a un profond respect pour la profession de journaliste et qu’il ne cherche pas à se substituer à lui. Le blogueur sait qu’il n’est pas un journaliste et ne prétend pas l’être.

Vous devez comprendre que le blogueur ne se lève pas tous les matins en se disant « je vais mettre mon pays à feu et à sang ». Vous, par contre, vous nous avez prêté cette idée. Et cela c’est purement et simplement de la diffamation.

Vous seriez très inspirés de prendre le temps, vraiment le temps de vous balader dans la blogosphère camerounaise. Par ce que si vous l’aviez fait avant de vous épancher comme vous l’avez fait, vous découvririez la noblesse des actions de ces jeunes qui, de bric et de broc, magnifient notre pays. Vous vous rendriez compte de cette jeunesse qui fait preuve d’une intelligence et d’une imagination hors du commun.

Si vous aviez bien cherché, vous vous seriez rendus compte que de nombreux blogueurs au Cameroun font la promotion de notre tourisme, de notre musique, de notre art culinaire, de nos monuments, de nos villages, de notre environnement, des évolutions technologiques chez nous. Vous auriez constaté que la plupart des blogueurs parlent sans animosité aucune de notre pays, qu’ils en parlent avec un profond amour. Vous auriez remarqué qu’il se dégage d’eux une formidable volonté et un espoir absolument ravissant. Vous vous seriez rendus compte que les blogueurs travaillent à apporter leur plus-value à l’édification de structures solides, tant privées que publiques, qu’ils travaillent à l’éducation et à l’émancipation des masses.

Ce qui vous gêne, c’est que le blogueur parle sans filtre. Dépose ce qu’il voit tel quel, en brut de décoffrage. Parce qu’il n’arrondit pas les angles et surtout qu’il a une force de frappe à portée globale. Ce qui gêne c’est qu’il met au jour les atermoiements des responsables publics dans les moments critiques. Ce qui cause l’offensive actuelle c’est la contradiction entre ce que les internautes ont dévoilé et les discours officiels lors du récent déraillement de train à Eséka. Et pour cela, il est question de nous placer sous une chape de plomb.

Désolé, mais c’est aussi ça la démocratie. Avoir des gens qui contredisent les discours officiels. Qui opposent des voix dissonantes. Qui vous disent : « c’est faux ce que vous racontez ».

D’un autre coté, je ne suis pas étonné par cette entreprise de dénigrement, connaissant le fonctionnement de notre pays. Je me demandais d’ailleurs pourquoi elle tardait à survenir. L’an dernier, deux tentatives de légalisation d’une association des blogueurs camerounais ont essuyé un refus de l’administration. Mais contrairement à ce que vous semblez croire, nous aimons notre pays au moins autant que vous et nous sommes de vrais débrouillards qui savons enjamber les difficultés. Et franchement, vous devriez en être fiers.

Des difficultés qui maintenant vont aller en s’accroissant, puisque vous avez décidé de vous intéresser à nous. Parce que se retrouver dans ce fourre-tout que vous avez appelé « blogueurs » (dans lequel vous mettez tous ceux qui un tant soit peu s’expriment sur internet, quels que soient les outils qu’ils utilisent) et contre lesquels « les pouvoirs publics ne se laisseront pas faire » nous met la boule au ventre. Parce que désormais, nous sommes exposés aux mêmes risques que connaissent déjà ceux qui manifestent leur liberté d’expression en utilisant des moyens plus traditionnels dans notre pays.

Sachez, chers messieurs et dames, que nous nous attendons à diverses mesures de rétorsion, comme les intimidations ou les « disparitions inexpliquées » de l’internet telles qu’elles se produisent depuis quelques temps chez nos voisins. Nous savons que c’est ce qui nous pend au nez. Et nous espérons que ça n’ira pas au delà. Mais avec tout ce qui a été dit ces derniers jours, malheureusement, j’en doute.

The following two tabs change content below.
René Jackson
Diplômé de faculté de droit et d'école de commerce, je me passionne pour la communication, le management et l'écriture. Un peu geek sur les bords, j'aborde la vie avec une certaine poésie. Bonne lecture.
René Jackson

Derniers articles parRené Jackson (voir tous)

5 thoughts on “C’est quoi, être un blogueur au Cameroun?

  1. Dure réalité mais c’est un bon travail que vous faites. Il est triste de remarquer qu’en 2016 la liberté d’expression est encore une bataille à mener. Continuez à utiliser ta voix, Elle resonne jusqu’ici en Haiti.

    Soucaneau Gabriel
    Port-au-Prince, HAITI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *