Menace sur Internet

Il est des présages que l’on ne souhaite pas voir se réaliser. Il y a quelques mois, quand le gouvernement camerounais s’est mis à bander ses muscles face aux réseaux sociaux, j’avais imaginé que cela augurait des jours difficiles pour l’accès à Internet au Cameroun. Je pensais toutefois que ce serait à moyen ou à long terme que la situation se compliquerait.

Comme dans un mauvais film, mes funestes prévisions se sont réalisées bien plus rapidement que prévu. Puisqu’au moment où je rédige ces lignes, deux des dix régions que compte le Cameroun subissent un black-out total depuis dix jours. En clair, plus d’internet au Nord-ouest et au Sud-ouest. Les régions dans lesquelles souffle depuis deux mois un vent de contestation.

Tout est parti d’un accident ferroviaire, qui s’est produit le 21 octobre 2016 dans le centre du Cameroun. Parce que les réseaux sociaux avaient mis les responsables publics dans l’embarras suite à cette tragédie, la riposte a commencé. Trois mois après, elle ne s’est pas calmée. Bien au contraire.

Depuis quelques jours, les abonnés au téléphone mobile sont matraqués de SMS provenant du ministère des Postes et des télécommunications, qui les avertissent qu’ils encourent tantôt « de six mois à deux ans », tantôt « vingt ans » de prison s’ils sont auteurs « de déclarations mensongères ou de dénonciations calomnieuses via un réseau social ».

Un courrier de l’entreprise gestionnaire des réseaux de télécommunications destiné à son ministère de tutelle a atterri sur Internet, une lettre par laquelle non seulement elle confirme à la ministre que ses instructions (la coupure d’Internet dans les deux régions contestataires) ont été mises en œuvre, mais aussi précise qu’il faudrait penser aux moyens de pression sur les opérateurs privés qui traînent le pas pour isoler complètement le Nord-ouest et le Sud-ouest du réseau.

En représailles, le site du ministère de l’Enseignement supérieur aurait été piraté la semaine dernière.

Conclusion : nous sommes entrés dans une nouvelle ère, celle de la guerre sur Internet. Une guerre qui, en l’état actuel des choses, sera sans doute remportée par les autorités. D’une victoire nette et sans bavure.

Lesdites autorités qui agissent avec une certaine duplicité, car d’un côté elles appellent de leurs vœux le développement de l’économie numérique, et de l’autre elles privent délibérément une partie de la population d’internet. Sur le plan purement numéraire, pourra-t-on chiffrer le manque à gagner causé par ce black-out ? Qu’advient-il des jeunes entrepreneurs innovants de la Silicon Mountain de Buea qui depuis douze jours sont privés de l’un de leurs principaux outils de travail ? Comment en sommes-nous arrivés à créer des migrants internautes, qui sont obligés de quitter leur région pour pouvoir avoir accès à Internet ?

Nous allons malheureusement au devant d’évolutions encore plus fâcheuses pour l’accès à Internet. La prochaine étape sera sans doute la mise sous cloche de tout le pays. Et elle risque d’arriver bien plus vite qu’on ne le croit.

Nota: article susceptible d’être mis à jour en fonction de l’évolution de l’actualité.

The following two tabs change content below.
René Jackson
Diplômé de faculté de droit et d'école de commerce, je me passionne pour la communication, le management et l'écriture. Un peu geek sur les bords, j'aborde la vie avec une certaine poésie. Bonne lecture.
René Jackson

Derniers articles parRené Jackson (voir tous)

4 thoughts on “Menace sur Internet

  1. Ah ça !
    Tu l’avais bien vu. Mais le plus effrayant comme tu dis c’est que cette privation se répercute sur les autres villes. On retournerai à la civilisation des médias traditionnels, mais surtout l’impact serai grave sur le plan économique.
    Toutefois je pense qu’ils ne sont pas si non-perspicaces pour en arriver là.
    Le problème anglophone vient exposer un autre. Le retard ou alors l’inaptitude de l’Etat à contrôler et comprendre l’environnement cybernétique. Et quand je dis contrôler, je ne parle pas de réprimer ou de censurer, mais tout d’abord de cerner efficacement .

  2. Beau billet…
    Internet a toujours souffert selon l’humeur des politiques.
    On le coupe lorsque l’approche la proclamation des résultats des élections…
    On en réduit le débit ou le filtre pour empêcher la transmission de certains fichiers
    Jusqu’à quand subirons nous tout ça encore?

  3. le minpostel ferait aussi mieux de rappeler par sms à ceux qui gerent le cameroun de constamment organiser le conseil ministériel,le conseil supérieure de magistrature, le championnat de football qui jusqu a present na pas été lancée et surtout de payer normalement les employés.quelle honte pour notre pays lorsque je vois le journal l epervier publier que les employés en service aux résidences présidentielles perçoivent 23 000 fcfa de salaire mensuel après 30 ans de services,quelle crimes?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *