Lettre d’un camerounais à Sepp Blatter

Photo: Marcello Casal Jr./ABr /  Creative Commons License Attribution 3.0 Brazil
Photo: Marcello Casal Jr./ABr / Creative Commons License Attribution 3.0 Brazil

Bonjour, Président

Il y a quelques jours une nouvelle vraiment douloureuse nous est tombée dessus : la FIFA que tu diriges si bien a suspendu la Fédération Camerounaise de Football.

Non, je rigole, Président ! Dans ma phrase il y a deux mensonges : le premier, tu as dû t’en douter, est que tu diriges bien la FIFA. C’est juste une petite boutade, car ton association est la première mafia du monde, loin devant la mafia sicilienne, russe, calabraise et les yakuzas. J’en veux pour preuve les scandales qui ont émaillé la vie de ta vénérable institution ces dernières années. La dernière en date fut le Qatargate. On disait que vous aviez vendu l’organisation de la coupe du monde 2022 au Qatar. Vrai ? Faux ? Je ne sais pas. Toujours est-il que les journalistes ont sorti des preuves lourdes et que tu n’as pas vraiment apporté de démenti.

Le deuxième mensonge est que la nouvelle de la suspension de la Fécafoot a fait mal à nous camerounais. En réalité, au mieux on s’en fout et au pire on te dit merci.

Prési, nous te disons merci. Merci pour avoir mis fin à cette mascarade. Nous nos demandons même pourquoi votre décision n’arrive que maintenant. Ah, je sais ! Entre mafiosos, on se respecte. Oui, parce que la Fécafoot est une autre mafia. Et pour s’attaquer les uns aux autres, il faut que le rubicond ait été franchi.

Je n’ai d’ailleurs pas compris la décision que ta FIFA a prise. Ingérence du gouvernement camerounais dans les affaires de la fédération de football ? Pourquoi ? Parce qu’on a mis le  président Iya Mohammed de la Fécafoot en prison ? Président, ça me fait rire ! Parce qu’apparemment, tu ne connais pas notre Opération Epervier. Ce que nous appelons affectueusement ici « Eper » est ce volatile qui est sensé remettre de l’ordre dans la gestion de la chose publique camerounaise. L’Epervier a déjà fait beaucoup de victimes, car on compte dans son butin de guerre des anciens directeurs généraux, ministres et même un ex-premier ministre, qui se seraient donné un peu trop de libertés avec l’argent de nos impôts. C’est vrai que le président Iya n’était pas loin d’être l’homme le plus détesté au Cameroun. Il énervait tout le monde. Apparemment jusque dans les hautes sphères. Et comme il s’accrochait désespérément à son poste de chef de la mafia du foot camerounais, on a envoyé l’Epervier planer autour de sa tête.

Le problème au Cameroun, Président, c’est que tous ceux au dessus de qui l’Epervier a tournoyé se sont retrouvés en prison. Sans exception. Le président de la Fécafoot, bien qu’il savait son sort était scellé, a continué ses petites affaires comme si de rien n’était. Il y a quelques mois, il s’est présenté à l’aéroport de Yaoundé. Il partait pour Paris. La police des frontières lui a confisqué son passeport en lui signifiant qu’il avait interdiction de quitter le pays. Il s’en est foutu comme de l’an quatre.

Président, monsieur Iya Mohammed contrôle tellement bien sa mafia qu’il s’est fait réélire au poste de président de la Fécafoot alors qu’il était en garde a vue et à quelques heures de se faire écrouer à la prison centrale de Nkondengui ! Ce qui est incompréhensible dans la raison qui a motivé votre suspension est qu’il ne s’est pas fait emprisonner à cause de ses activités au sein de la fédération, mais pour des malversations présumées à la Sodecoton, une entreprise publique, dont il était jusqu’à lors  le directeur général.

Ce qui est encore plus bizarre est que lorsque le gouvernement camerounais fourre vraiment ses mains dans le cambouis du foot de notre pays, tes gens et toi ne dites rien ! Le gouvernement a toujours eu son mot à dire quand il a fallu choisir les entraineurs de l’équipe nationale (on se souvient très bien de tout ce qui a entouré la nomination de Paul Le Guen en 2009 comme coach des Lions Indomptables). On sait que le Palais a souvent téléphoné à la fédération pour imposer un joueur dans l’équipe pour le salut de la nation (Roger Milla en 1990 et Patrick Mboma en 2008). On sait que c’est l’Etat et non la Fédération qui paie les entraineurs. Tu n’étais pas encore aux affaires à l’époque, mais c’est bien un ministre de la république qui avait déclaré que la mallette qui contenait l’argent qu’on avait collecté lors d’un porte-à-porte pour financer la participation de nos Lions au Mondial 1994 s’était perdue entre Paris et New York.  Bizarrement, ta FIFA n’a jamais dit mot face à tout ça.

Qu’à cela ne tienne, nous te disons un grand merci, Prési ! Votre suspension est la meilleure chose qui soit arrivée au football camerounais depuis dix ans. Oui, parce que notre football a suivi Marc-Vivien Foé dans sa tombe. Ironie du destin, tu étais personnellement présent à Yaoundé lors de leur mise en terre commune.

Président, Puma nous a phagocytés. On ne comprend toujours pas comment ce faux chat qui bondit continue à s’afficher auprès de notre lion qui rugit. En 2006 cette marque était en concurrence avec Nike et Adidas pour fabriquer la tunique de nos Lions. Malgré le fait que les deux dernières aient des prétentions beaucoup plus avantageuses pour nous (lien) Puma a été choisi. Le dernier contrat a même été conclu sans appel d’offres. Entre-temps, nos joueurs se font dépouiller manu-militari dans les aéroports de leurs équipements, alors que normalement, nous devrions en avoir à ne plus savoir quoi en faire. Ah ! J’oubliais. Puma a négocié avec Mercedes et payé pour moitié le bus qui transporte nos équipes nationales. Quand on sait ça, on comprend tout…

Président, nos équipes ont un palmarès international presque inégalé en Afrique : six participations en coupe du monde dont un quart de finale, quatre CAN remportées, une victoire aux jeux olympiques, notre pays a été celui qui a été le plus couronné aux ballons d’or africains. Et j’en oublie. Malgré tout ça, notre football continue à être géré dans un profond amateurisme.

On sait que tu alloues souvent des fonds aux fédérations nationales. Mais nous n’avons jamais su quelle direction prenait l’argent que tu nous donnais. Nous en donnais-tu d’ailleurs ? On en est arrivés à se poser la question. C’est étrange. L’an dernier, notre Très-Grand-Numéro-9, l’ogre de Makatchkala s’est fâché. Et il a tout déballé : c’est lui qui s’occupait depuis plusieurs années déjà des problèmes consulaires des joueurs des équipes camerounaises, de leurs billets d’avion, de leur hébergement, de leurs primes. Clubs et équipes nationales confondus. Pendant ce temps, que faisait la Fédération ? Personne ne le saura jamais.

Ton association a payé de ses poches la pelouse synthétique du stade de Douala. Mais sais-tu que ta belle pelouse du stade de la Réunification de Douala contraste totalement avec le reste de l’infrastructure qui est totalement délabrée ? J’y étais tout dernièrement, Président. J’ai eu les larmes aux yeux.

Maintenant, qu’est ce qu’il faut faire ? Président, voici mon conseil : fermer les yeux et être encore plus dur. Quatre ans de suspension au minimum et sans sursis pour le Cameroun. Je sais que cela implique l’élimination de tous les clubs et de toutes les équipes nationales de mon pays dans toutes les compétions internationales. Mais ce n’est pas aussi grave qu’il n’y paraît. On ne gagne plus rien de toutes les façons. Ce ne sera pas une perte pour le football mondial. En tout cas, Président, on a saisi l’étendue de notre vide quand le Cap-Vert s’est retrouvé à la CAN 2013 à notre place. Et votre suspension est ce qui pouvait arriver de mieux à notre santé. Tu ne peux pas imaginer le nombre de crises cardiaques que ces Lions-là provoquent ici chaque fois qu’ils prennent des raclées.

On a d’autres sports ici, t’inquiète. Nous avons de très belles courses de pirogues. Ce ne serait pas mal si la course de pirogues devenait notre sport majeur.

Réfléchis bien, Président. Je sais que tu reçois plein de coups de fil de Yaoundé depuis plus d’une semaine, mais de grâce, reste inflexible. Ne lève pas la sanction. Toute une nation t’en sera éternellement reconnaissante.

René Jackson

The following two tabs change content below.
René Jackson
Diplômé de faculté de droit et d'école de commerce, je me passionne pour la communication, le management et l'écriture. Un peu geek sur les bords, j'aborde la vie avec une certaine poésie. Bonne lecture.
René Jackson

Derniers articles parRené Jackson (voir tous)

8 thoughts on “Lettre d’un camerounais à Sepp Blatter

  1. A mon avis, la FIFA n’a rien à voir dans ce qui se passe dans le football camerounais. Si comme tu l’as fait savoir, il y a des actes qui auraient pu être sanctionnés qui ne l’ont pas été, ce n’est cette élection calamiteuse que Blatter et co devait sanctionner. Le ministère paie son entraîneur, dépenses pour l’équipe nationale alors pourquoi ne pas s’ingérer? Le jour où la fédération sera à mesure de prendre seule en charge les dépenses, en ce moment, on comprendra la sanction…

  2. Presque optimistes qui attendent un miracle. Ton post est très très beau cependant. Trop de questions sans réponses. Trop de mafia. Avant de redémarrer la machine, il faut crever l’abcès et régler le problème. Il faudra qu’on m’explique la légitimité d’un président de fédération qui perd tout et qui plus est, est en prison.

  3. Étonnant, tu étais contre les manifs au Brésil qui critiqué justement la corruption qui entoure l’organisation de la coupe du monde au ici, et te voilà à critiquer la mafia au cameroun et à la FIFA.
    Bon, ça me rassure quand même, au moins, tu n’as plus tes belles illusions

  4. Serge, les problèmes sont différents. Au Brésil, les gens ont déversé leur mal-être sur la Coupe du monde. Ils ont profité de l’effet mondovision qu’offre cet évènement. Au Cameroun, le problème est le football en lui-même et la façon dont il est géré.

  5. c’est aussi un problème de gestion ici. c’est pourquoi je te disais qu’il fallait voir les choses de plus près. Mais, le problème de la fédération camerounaise n’est-il pas le fait que tout soit centralisé sur la présidence de la rép. Et dans ce cas le foot n’est que la pointe de l’iceberg.
    Mais finalement on arrive à la meme conclusion, j’espere aussi que le Congo ne se qualifiera pas pour les différentes compétitions sportives continentales et internationales. cela ne sert qu’à renforcer le pouvoir en place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *