Les moments marquants de la cérémonie d’ouverture des Jeux de la Francophonie

La scène
La scène

Depuis vendredi 06 septembre, je suis à Nice car l’Organisation Internationale de la Francophonie m’a convié à couvrir toutes les activités relatives aux VIIèmes Jeux de la Francophonie qui ont lieu dans cette charmante ville du sud de la France, située sur la côte méditerranéenne. Hier samedi, nous avons assisté à la cérémonie d’ouverture de ces Jeux, haute en couleurs, en images et en sons. De cette cérémonie, quelques éléments phares sont à retenir.

La place Masséna: la place principale de Nice, qui l’instant d’une soirée est devenue le centre névralgique de l’espace francophone. La place Masséna qui d’habitude est un endroit de vie, une promenade, une galerie marchande, un endroit tranquille s’est soudain électrisée. Elle a accueilli les milliers de personnes qui sont venues remplir les gradins, les personnalités qui ont honoré la cérémonie de leur présence et l’immense podium sur lequel ont eu lieu les diverses activités de cette soirée.

DSCF2268
La Place Masséna

Les sifflets d’une partie du public à l’encontre de François Hollande: et ce dès qu’il a pointé son nez à la Place Masséna et au moment où il est monté sur la scène pour son discours. Le tout bon camerounais que je suis n’a pas compris. Bien qu’étant au fait des records de désamour dont il jouit de la part de ses concitoyens, j’avoue avoir été un peu… Embêté. Le pauvre n’a rien demandé. Il est à la tête d’un pays compliqué à diriger. Toute l’Afrique (francophone du moins) est pendue à ses lèvres. Et en tant que président de la Gaule, à la fois on le réclame et on ne le veut pas. Mais bon, d’un autre côté, peut-être que je me suis déjà trop habitué à voir un président perpétuellement porté aux nues. Mais comment ne pas y être habitué?

François Hollande pendant son discours
François Hollande pendant son discours

Manu Dibango. Ce monsieur a beau être à quelques semaines de boucler son quatre-vingtième printemps, il est toujours d’une précision diabolique une fois l’embouchure de son saxophone posée sur ses lèvres. Il a fait une reprise de son titre « Soir au village ». Une performance épique. Il était presque vingt et une heures, la nuit enveloppait la Côte d’Azur et dans l’air s’élevait son refrain « Et la nuit s’étend sur le village… » Un accord parfait!

Manu Dibango
Manu Dibango

Grand Corps Malade. Une voix. Une langue, le français. Et cette capacité à donner cette texture si particulière à ces mots que nous utilisons pourtant des dizaines de fois chaque jour. Je ne me souviens plus du refrain du titre du slam qu’il nous a servi, mais c’était quelque chose comme « quand tu rêves en français, quand tu dragues en français… »

Kery James: il sera éternellement reconnu comme étant celui qui a presque plombé l’ambiance de cette cérémonie. Il a offert une œuvre aux mots profonds. Peut-être un peu trop compte tenu de la circonstance (voir la vidéo). D’un autre côté, fallait s’y attendre parce qu’il a fait du Kery James. Quelqu’un qui conteste. François Hollande n’était pas déjà assez mal comme ça avec tous ses déboires. Il l’a carrément enfoncé de deux pieds supplémentaires sous terre.

Kery James pendant sa prestation polémique
Kery James pendant sa prestation polémique

La Team Côte d’ivoire. Athlètes, artistes et président confondus. Quand les athlètes ivoiriens sont apparus pendant le défilé des délégations, une grande clameur s’est élevée dans la foule. Le spectacle a été clos par le groupe Musical Magic System qui a réussi à faire se lever toute la foule. Performance que seule l’exécution de l’hymne des Jeux de la Francophonie et de la Marseillaise a réussi à réaliser. La boucle a été bouclée quand le président Alassane Dramane Ouattara est monté sur la scène pour accompagner les dernières notes de la chanson. Il faut préciser que les prochains Jeux de la Francophonie auront lieu à Abidjan en Côte d’Ivoire.

La cérémonie se termine en apothéose avec 1er Gaou
La cérémonie se termine en apothéose avec Premier Gaou

Les feux d’artifice: le spectacle pyrotechnique qui a agrémenté de part et d’autre la fête était juste génial. Les feux d’artifice ont émerveillé les yeux pendant des moments qui auraient pu être des périodes de latence. Et après la cérémonie, les feux ont encore illuminé la nuit niçoise pendant quinze longues minutes.

C’était bien. Très belle cérémonie d’ouverture. Après ça, nous avons été conviés à un dîner de gala (ah oui oui!). Autre grand moment. Il y a une expression chez nous qui est : « surprendre son organisme ». Et pour être surpris, mon organisme l’a été. Au menu il y avait par exemple une rosace de noix de Saint Jacques déposée sur sa tartelette provençale et crème ciboulette. Bien loin donc de mes agapes camerounaises habituelles. Mais ça, c’est une autre histoire.

Par René Jackson

The following two tabs change content below.
René Jackson
Diplômé de faculté de droit et d'école de commerce, je me passionne pour la communication, le management et l'écriture. Un peu geek sur les bords, j'aborde la vie avec une certaine poésie. Bonne lecture.
René Jackson

Derniers articles parRené Jackson (voir tous)

4 thoughts on “Les moments marquants de la cérémonie d’ouverture des Jeux de la Francophonie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *