Le Cameroun est-il gay ?

Mariage gay / Photo: Flickr/OBScurePIXels.com (Creative Commons)
Mariage gay – Photo: Flickr/OBScurePIXels.com (Creative Commons)

Ca y est ! Après d’interminables débats, après de plus ou moins importantes manifestations et contre-manifestations, le mariage homosexuel et d’autres dispositions connexes ont été adoptés par l’Assemblée Nationale française. En clair, les personnes de même sexe pourront désormais se marier et adopter des enfants. Vue l’intensité du débat que cette affaire a provoqué en France, on pourrait croire que c’est un fait exceptionnel, alors qu’en réalité la France n’est pas le premier pays à avoir intégré dans ses lois le mariage gay.

Pendant que les députés et la rue s’étripaient en France, une loi similaire sur le mariage pour tous passait en Angleterre. Sans provoquer le moindre émoi et en toute normalité. Mais quand on se situe de notre point de vue, africain francophone je veux dire, ce débat est tout à fait exceptionnel puisque c’est bien la première fois que nous assistons à des empoignades pareilles sur un sujet qui touche aux fondements mêmes de la famille et de la société telle que nous l’avons toujours connue. Et forcément, ça nous pousse à nous interroger sur la façon dont on perçoit l’homosexualité dans nos sociétés africaines, face à une réalité des faits qu’on peut difficilement ignorer.

Au Cameroun, la pratique de l’homosexualité reste punie par la loi. L’actualité de notre pays reste encore alimentée par ces affaires de jeunes homosexuels présumés incarcérés et par les croisades d’avocats et d’associations des droits de l’homme qui se battent pour les faire libérer. Une chose est quasi-certaine : ce n’est pas demain la veille que l’homosexualité sera dépénalisée dans notre pays. Une question mérite tout de même d’être posée : le Cameroun est-il un pays homosexué ? Si oui, à quel point ?

Le regard de la société camerounaise sur l’homosexualité

Les discours officiels et publics restent chez nous fortement influencés par notre environnement régi par la religion, qu’elle soit chrétienne ou musulmane. Religions selon lesquelles le mariage n’est possible qu’entre un homme et une femme. La tradition va dans le même sens. Ce qui fait que nous sommes éduqués dans un environnement religieux et traditionnel où il y a l’autorité souvent écrasante du père et celle d’une ou de plusieurs mères, qui peuvent être des belles-mères, des tantes, des nourrices, etc. Un facteur qui, bien qu’il semble nous protéger contre la « dérive » d’une homosexualité assumée et acceptée, doit quand même inquiéter ceux qui la combattent dans nos contrées, car la France qui a adopté le mariage gay hier vivait dans un schéma identique au nôtre il y a encore quelques décennies. Une époque pendant laquelle l’homosexuel n’était qu’une vermine qu’il fallait exterminer.

La société camerounaise est-elle homosexuée ? La réponse est oui. Et pour ça, je vais prendre deux justificatifs d’une extrême banalité. Premièrement, l’homosexualité est réprimée. Et par principe, on ne fait pas des lois pour des circonstances qui n’existent pas. Et même si on le faisait, cette disposition permettant de faire barrage à l’homosexualité a servi de prétexte à l’arrestation de nombreuses personnes accusées d’être des homosexuels. Et parmi toutes ces arrestations, il n’y a pas que des victimes de dénonciations calomnieuses. Il y a des homosexuels confirmés.

Étant moi-même traditionaliste et un peu conservateur sur les bords, l’homosexualité est un phénomène que j’ai du mal à comprendre. Quel mécanisme psychique ou psychologique peut expliquer qu’un homme soit attiré par un homme ? Et même au niveau des sensations, je considère que le corps de l’homme est si froid, si dur et si impersonnel qu’il a besoin de celui d’une femme pour retrouver son humanité et une certaine douceur. Comment deux entités aussi dures peuvent-elles se séduire ? Et pour quel résultat ? Ne dit-on pas en physique que les corps de même nature se repoussent ? Et puis sur un plan purement technique, la fonction première de l’attirance sexuelle est la perpétuation de l’espèce. Cela vaut tant pour les animaux que pour les végétaux. Cela vaut aussi pour les êtres humains. Mais nous vivons dans un monde où les sensations comptent plus que tout et cela explique un peu la résurgence de beaucoup de phénomènes bizarres qu’on observe.

Qu’à cela ne tienne, je n’adopte pas la même posture catastrophiste de certains homophobes : celui du risque encouru par la pérennité de la race humaine. L’homme est assez intelligent pour se perpétuer, même dans une société homosexuelle. Il y a eu pires menaces pour l’humanité que des gens qui ne veulent pas coucher avec ceux du sexe opposé et on s’en est toujours sorti.

Non aux stigmatisations et aux violences contre les homosexuels

Je ne comprends pas l’homosexualité et les homosexuels, mais il y a une dimension que je considère beaucoup plus dans la perception de ce problème : celui de l’humain. Donc, je ne cautionne pas la brutalité et les stigmatisations dont sont victimes les gays, que ce soit ici ou ailleurs. Je ne comprends pas les gays mais ce n’est pas pour autant que je cracherai sur l’un d’eux ou que je participerai à une lapidation publique de l’un d’entre eux. Ceci à cause de nos traditions et de nos religions qui prônent aussi le respect des convictions d’autrui.

La société camerounaise a une perception très à elle de l’homosexualité. Qui est clairement considérée comme étant une déviance. C’est ainsi qu’on verra des gens traînés comme des bêtes de somme chez des tradi-praticiens, chez des charlatans, chez des prêtres exorcistes pour conjurer cette abomination de ce fils qui préfère se faire palper par d’autres hommes ou de cette fille qui n’a rien trouvé de mieux à faire que de disparaître entre les jambes d’autres femmes. Souvent, on considère que c’est un sortilège dont il faut débarrasser le ou la malheureux(se).

Homosexualité et politique

Depuis quelques années, l’homosexualité, surtout masculine, a acquis une autre dimension : celle d’un tremplin pour le pouvoir.  Cette perception est née et s’est propagée par la tristement célèbre affaire du top 50. Une certaine presse avait eu la mauvaise idée de sortir des listes d’homosexuels présumés. La particularité de ces homosexuels étant qu’ils faisaient tous partie de l’élite politique et économique du Cameroun.

La divulgation de ces listes avait été justifiée par le seul fait que l’homosexuel le plus célèbre de l’histoire de notre pays, avait laissé cette liste qui allait être publiée post-mortem et qui contenait les noms des hautes personnalités du pays avec lesquelles il aurait eu des relations homosexuelles. Les pratiques homosexuelles ont tout de suite pris une signification ésotérique. Il est désormais courant qu’un jeune homme te dise dans la ville de Douala qu’il a refusé un job, pourtant très intéressant, parce qu’il a fait l’objet d’avances plus qu’appuyées de son boss. Dans la conscience populaire, si les patrons veulent coucher avec leurs collaborateurs, c’est dans le sombre but de capter toute l’énergie et la « chance » de ceux-ci. Qui deviendront par après des loques humaines alors que l’homme déjà puissant le sera encore plus.

Personne ne s’est jamais posé la question de savoir si ces relations n’étaient que la manifestation de la simple libido, dénuée de tout intérêt autre que sensuel. Une sorte de promotion canapé dont on savait déjà les femmes victimes de la part de leurs supérieurs. Et ces histoires qui défraient souvent la chronique, celles de jeunes hommes camerounais qui font des passes dans nos hôtels avec des Européens ne sont en fait ni plus, ni moins scandaleuses que celles de la prostitution féminine.

De toutes les façons, cette histoire de top 50 a eu pour principale résultante de faire sortir la pratique homosexuelle de la clandestinité dans laquelle elle évoluait et a fait prendre conscience aux Camerounais que c’était un fait qui existe bel et bien chez nous avec lequel il faudrait désormais composer.

Une sorte de résignation, sinon d’acceptation transparaît, surtout dans les discussions que les jeunes ont entre eux. De plus en plus de gens ont peur de se retrouver dans une relation hétérosexuelle avec un individu qui s’en sert juste pour se donner une image acceptable par la société alors qu’en réalité il est passé de l’autre côté, comme on dit souvent. Il y a des filles ou des garçons que personne ne drague, car il y a de lourdes incertitudes sur leur orientation sexuelle. Dans l’environnement universitaire, que je fréquente encore, il y a des personnes dont l’homosexualité  est avérée. J’ai même appris (mais pas encore vérifié) qu’il existait déjà des bars gays à Douala.

Entre un phénomène qui existe clairement et une lutte farouche contre, la société camerounaise se cherche encore.

Par René Jackson

The following two tabs change content below.
René Jackson
Diplômé de faculté de droit et d'école de commerce, je me passionne pour la communication, le management et l'écriture. Un peu geek sur les bords, j'aborde la vie avec une certaine poésie. Bonne lecture.
René Jackson

Derniers articles parRené Jackson (voir tous)

19 thoughts on “Le Cameroun est-il gay ?

  1. Je trouve qu’il y a un déni dans ce débat au Cameroun. le code pénal interdit l’homosexualité (depuis le président AHIDJO) mais pas la constitution camerounaise qui garantie les libertés fondamentales. ce qui nous amene à dire que le code pénal camerounais est anti-constitutionnel. Cela vient justement de l’ignorance de certaines personnes qui ne savent pas les bases de la loi camerounaise.
    http://www.hrw.org/fr/news/2011/05/17/cameroun-la-loi-anti-sodomie-bafoue-les-droits-fondamentaux-des-personnes-homosexuel

    Ici je pense évidemment à notre ami William avec qui nous avons eu un débat sur le sujet à DAKAR.

    1. La loi camerounaise interdit et condamne l’homosexualité. Cette chose, comme l’avait appelée le président BIYA en visite en France, n’a pas sa place au Cameroun.

      Au Cameroun, on ne refuse pas aux gens d’êtres homosexuels, mais la pratique de l’homosexualité est proscrite et condamnable, pour le moment. Peut être, comme l’avait, une fois de plus dit, le président de la république lors de son voyage en France, les mentalités peuvent évoluer et loi changer demain, qui sait?

      Mais, actuellement, la loi l’interdit, un point, un trait, et on doit s’arrêter là.

      1. Je vous cite » La loi camerounaise interdit et condamne l’ homosexualité » Je ne pense pas qu’ un certain nombre de personnes s’ opposent à cette loi.Ce qui choque ce sont les arrestations arbitraires que subissent les homosexuels au Cameroun et dans d’ autres pays africains.Lorsqu’ un individu viole la loi, on cherche la preuve de son acte illicite, or jusqu’ ici les condamnations ne s’ appuient sur aucune preuve , si oui sur les aveux recueillis en recourant à la violence physique et psychologique.De tels aveux n’ ont aucune force probante.Le législateur camerounais à propos de l’ homosexualité parle de: acte contre nature et impudique.Ceci renvoie dans ce contexte particulier à l’ acte sexuel entre deux individus de même sexe.Mais quel homosexuel oserait s’adonner dans un espace public à un acte sexuel? en se lançant en public à un tel acte, les forces de l’ordre tiendraient la preuve de l’ homosexualité avérée d’ un individu X.Les forces de l’ ordre s’ appuient sur l’apparence physique d’ un individu, quand il ne s’ agit pas de la délation.Aujourd’ hui un homme qui se balade au Cameroun habillé tout de rose risque gros.

    2. Mon cher Serge Katembera Rhukuzage tu es libre de penser ce qui bon te semble mais s’il te plait tu n’as pas la science ou la connaissance infuse. Donc n’imagine pas que le fait que tu utilise des « mots savants » t’autorise à porter un jugement sur les camerounais.Je suis libre de ne pas approuver cette pratique.
      Pourquoi refuse t’ils de légaliser la polygamie alors que les hommes en plus de leurs épouses ont des maitresses en langage camerounais « deuxièmes voir troisième bureau ».
      As tu penser à l’état psychologique des épouses et maitresses dans ces situations. Calme toi et prend les problèmes dans l’ensemble et non sous le prisme des lobbies et groupes de pression.

  2. tu poses mal la question « le cameroun est-il un pays homosexuel? à quel point? » . Il ne s’agit pas de savoir à quel point un pays est homosexuel. la france, l’uruguay, l’argentine, l’angleterre sont-ils homosexuels. Cela concerne des individus, pas les nationsl. On est là dans l’ordre de la liberté. celle-ci n’est pas négociable. Il n’y a pas de démi liberté ni meme 1/3 de liberté ou 2/4 de liberté.
    je comprendrai que Paul Biya soit hostile à l’homosexualité, mais que la société camerounaise soit aussi réactionnaire m’étonne. Comme disait Alexis de Toqueville: « en toute démocratie les peuples ont les gouvernements qu’ils méritent ».

    Ensuite, je dirai que l’orientation séxuel d’un individu ne doit pas passer par une « compréhension préalable » de quiconque avant d’être approuvé par la société. Je n’entre pas dans le débat relatif aux « mécanismes de pouvoir atravers la comprehension » des phénomènes.

    Enfin, je comprend bien ta position pour en avoir parlé avec toi. Mon commentaire est donc dirigé à tout camerounais qui se dit homophobe.

    Amitiés

  3. Merci pour ce commentaire que je trouve assez surprenant car je lis un peu tout ce qui se dit sur le web à propos de l’homosexualité au Cameroun depuis plusieurs années et votre texte est différent des habituelles horreurs qu’on y rencontre. Vous êtes hétérosexuel mais vous reconnaissez qu’il y a des homosexuels au Cameroun et vous semblez même les accepter (pas d’appel à leur cracher dessus ou à la tuer). Je vous félicite et salue cette position trop rare. Peut-être que le vote pour le mariage pour tous en France amènera les plus éduqués des Africains à repenser en effet comme vous le faites si heureusement la question de l’acceptation de leurs concitoyens homosexuels. Je l’attends et je l’espère en tant que défenseur des droits humains qui sont universels.

    1. Qu’est ce que vous appelez droit humain? Donc si votre fils, votre frère ou un membre de votre famille décide aujourd’hui qu’il va aller se jeter dans le Wouri vous allez le laisser faire tout simplement parce qu’il a le droit de faire de sa vie ce qu’il veut? Mais ça c’est de la méchanceté vis à vis de autrui. Ce que vous appelez « droits humains là », n’est pas un certain nombre de texte que l’homme blanc a écrit? Si dans ces textes il avait marqué que l’homosexualité était interdit, aujourd’hui personne n’aurait autorisé cela. Ce sont des hommes comme nous qui écrivent ces textes; Nous aussi en tant que êtres humains, nous pouvons nous opposer à ce qu’un autre homo sapiens a dit ou écrit.
      Un homosexuel est pire qu’un animal: Pourquoi? Je m’explique: Si déjà un bouc trouve anormal de s’accoupler avec un autre bouc, et que toi l’être humain tu trouves normal de coucher avec ton semblable de même sexe que toi, n’es-tu pas pire que ce bouc? Mais où va le monde?
      En tout cas, je ne suis pas très surpris par cette attitude des hommes aujourd’hui, car tout ce qui sévit dans la société aujourd’hui est prévue dans la Parole de Dieu: Vous n’avez qu’à lire « l’Apocalypse de Jean » et vous serez instruits.

  4. René, moi je salut plutôt ton courage de reconnaitre que tu ne comprends pas l’homosexualité. Peu de personnes ont le courage d’avouer dans la presse ou sur un blog qu’ils sont contre. Cette partie « Quel mécanisme psychique ou psychologique peut expliquer qu’un homme soit attiré par un homme ? Et même au niveau des sensations, je considère que le corps de l’homme est si froid, si dur et si impersonnel qu’il a besoin de celui d’une femme pour retrouver son humanité et une certaine douceur», il faut dire que beaucoup se posent la même question que toi. En même tu relativises en faisant comprendre que tu es contre la violence faite à ces homo. Bien penser à mon avis.

  5. Hi Jackson,
    juste pour savoir si j’ai bien compris ton article. Tu ne comprend pas l’homosexualité mais tu l’accepte.
    Comme tout bon camerounais (et bon français par alliance) et peut être déjà homme politique tu fais dans le consensus.
    Cette pratique comme beaucoup d’autre va passer, car le plaisir est un tonneau sans fond. Il est impossible de remplir un tonneau sans fond.
    Faite vous plaisir et profiter s’en bien, le moment venu vous vous poserez la question what’s next? ou and so what?

    Mon cher Serge Katembera Rhukuzage tu es libre de penser ce qui bon te semble mais s’il te plait tu n’as pas la science ou la connaissance infuse. Donc n’imagine pas que le fait que tu utilise des « mots savants » t’autorise à porter un jugement sur les camerounais.Je suis libre de ne pas approuver cette pratique.
    Pourquoi refuse t’ils de légaliser la polygamie alors que les hommes en plus de leurs épouses ont des maitresses en langage camerounais « deuxièmes voir troisième bureau ».
    As tu penser à l’état psychologique des épouses et maitresses dans ces situations. Calme toi et prend les problèmes dans l’ensemble et non sous le prisme des lobbies et groupes de pression.
    Salut a tous
    Jackson pond nous un truc sur la polygamie et les deuxièmes bureaux.

  6. le fait juste d’aller sur le chatroulette gay est mal vu non seulement au Cameroun mais dans toute l’Afrique. L’Afrique est un pays qui place au plus haut sommet la religion et comme on le sait seul le mariage entre une femme et un homme est autorisé par la religion. Aussi, si l’on fait un mariage entre hommes ou femmes, c’est comme remettre en question la loi de Dieu. Il est donc normal que le mariage gay, la relation gay soit punie par la loi.

  7. Au fond, la colonisation a pris fin en 1960 mais continue dans les esprits. C’est un signe des temps que le débat sur le mariage homosexuel en France suscite autant d’intérêt au Cameroun, comme si la loi française était d’application universelle et que les camerounais étaient concernés par la question.

    Pour le reste, la question de l’homosexualité sera réglée au Cameroun avec le développement économique qui entraînera un besoin accru d’affirmation individuelle, et notamment de la part des femmes avec la suppression des articles consacrant la domination de l’homme dans le Code de la Famille ou l’interdiction de la polygamie.

    Comme Kant, je crois à une vision progressiste de l’histoire.

  8. Le Cameroun, peut importe ce qu’il fera, ne pourra pas (du moins pour longtemps) s’opposer à l’homosexualité: pourquoi? A cause du néocolonialisme. Vous savez que jusqu’en ce jour, le Cameroun est sous la domination française et les ordres que doit exécuter le Cameroun ne viennent pas de chez nous, mais de la France. Ainsi, tant qu’il y aura un « pro-français » à la tête de notre pouvoir, si la France décide de marcher la tête en bas et les pieds en l’air, le Cameroun, tôt ou tard, finira par faire de même. Pour que le Cameroun puisse voler de ses propres ailes et penser de lui même, il faudra qu’il rompt le cordon ombilical qui le lie jusqu’en ce jour à sa mère, la France.

  9. Pensez ce que vous voulez, moi de mon coté je croit que chacun est libre d’aimer qui il veut et si un homme décide d’aimer un autre homme et bien soit. même en interdisant l’homosexualité au cameroun il y’auras toujours des homosexuels. Faut que les gens comprennent que nous n’avons pas les mêmes mentalités que ce soit sur le plan sexuel ou sur un autre, nous sommes tous différents donc avant de codanner l’homosexualité faut que les gens se mette dans leur têtes que les mentalités et la vision du monde est différent chez chacun de nous.

  10. Pensez ce que vous voulez, moi de mon coté je croit que chacun est libre d’aimer qui il veut et si un homme décide d’aimer un autre homme et bien soit. même en interdisant l’homosexualité au cameroun il< y'auras toujours des homosexuels.) Faut que les gens comprennent que nous n'avons pas les mêmes mentalités que ce soit sur le plan sexuel ou sur un autre, nous sommes tous différents donc avant de codanner l'homosexualité faut que les gens se mette dans leur têtes que les mentalités et la vision du monde est différent chez chacun de nous.

  11. Comme l’a souligné un autre commentateur, il est (tristement) étonnant que le vote d’une loi française suscite tant d’émois et surtout tant d’exhortation à en faire pratiquement de même dans un pays africain, fusse-t-il une ex-colonie. En effet, a t-on vu un quelconque pays occidental ou ONG des droits de l’homme faire la leçon sur le sujet aux pays arabes? Pensez-vous qu’Obama aurait pu se permettre d’aller en Arabie Saoudite tenir le discours qu’il a tenu à Dakar? Heureusement que Macky Sall lui a rappelé que le Sénégal n’a pas de leçons à recevoir en matière de droits de l’homme puisque lui a aboli la peine de mort, ce que les États-Unis n’ont pas fait à ce jour.
    Quand on parle de droits de l’homme, il y a non seulement toute une question de relativisme culturel qu’il ne faut pas négliger, mais aussi il faut tenir compte de l’ordre dans la société. Que l’on veuille ou non, les droits des individus restent subordonnés à ceux de la société dans son ensemble!
    Je ne suis pas convaincue que l’on naît homosexuel, je pense que c’est une attirance que l’on nourrit sciemment quand on ne se met pas certains garde-fous moraux, éthiques, religieux… Ce n’est peut-être pas comparable mais en Allemagne, il y a des zoophiles qui militent pour que soit jugée anti-constitutionnelle, la nouvelle loi sur la zoophilie. L’un de leurs arguments? Il y a quelques années de cela, l’homosexualité était considérée comme une déviance et ne l’est plus. En effet, où va ce monde au nom d’une interprétation plus que libérale de la notion de « droits de l’individu »?

    1. Bonjour je réagis sur un point de votre post.Je vous cite’ je ne suis pas convainque que l’on nait homosexuel.Je pense que c’ est une attirance qu’ on nourrit sciemment quand on ne se met pas certains garde-fous »

      Votre affirmation suggère que l’homosexualité serait un choix.Mais quel individu notamment préférerait faire ce choix tout en étant conscient que sa famille(toute sa famille) risquerait de le renier? Quel individu ferrait ce choix tout en sachant qu’ il risque de perdre tous ses amis? Quel individu oserait faire ce choix tout en sachant qu’ il risque de perdre son travail? Quel individu accepterait de faire ce choix tout en sachant qu’ il risque d’ aller en prison?

      Le taux de suicide est très élevé chez les gay, notamment chez les jeunes gays qui en découvrant leur attirance pour les garçons sont perturbés.Ces derniers ne savent pas comment vivre l’ homosexualité , c ‘ est tous les projections que les parents ont fait sur eux qui s’ écroulent.C’ est aussi la découverte d’ une réalité atroce: ils savent qu’ ils sont différents des autres, ils découvrent qu’ ils n’ auront jamais la paix, ils découvrent aussi qu’ il faut absolument être prudent vingt quatre heures sur vingt quatre, car même un membre de leur propre famille peut les dénoncer.Dans un reportage diffusé sur youtube, une mère sénégalaise affirmait que si elle découvrait l’ homosexualité de l’ un de ses fils elle n’ hésiterait pas à l’ empoisonner. Voila ce quoi peut s’ attendre un garçon qui AURAIT FAIT LE CHOIX DE DEVENIR GAY selon votre thèse.

      1. Bonjour Pathéo,

        Vous avez des arguments valides. Irréfutables? Permettez-moi d’en douter car lorsque vous mettez en avant les conséquences sociales de décisions individuelles, vous ouvrez ainsi la porte à des centaines d’exemples de personnes qui choisissent sciemment de mener des vies atypiques et de se mettre ainsi au banc de la société (par exemple, hippies dans les 60s). Mais je ne vais pas faire dans la mauvaise foi: je comprends parfaitement ce que vous décrivez, la détresse d’un individu qui se sent « hors-norme » malgré lui et qui ne sait pas faire autrement.

        Quand j’ai parlé de « choix de vie » et je ne renie pas mon propos, je faisais référence à avoir, développer, entretenir ce qui peut paraître des pulsions naturelles qui sont ensuite rationalisées car il y a un discours populaire qui favorise celà. Vous allez sûrement me tomber à bras raccourcis avec ce qui va suivre, mais je trouve l’homosexualité contre-nature. Les animaux ne le font pas, ils ne disposent pas de raison pour faire des choix allant à l’encontre de la nature. Seul l’Homme a le privilège d’être doté d’une raison qui peut lui permettre de faire des choix, prendre des décisions sur la base de divers critères. Les animaux tombent-ils amoureux, l’un de l’autre? Je ne sais pas mais j’ai ouïe dire que les cygnes étaient fidèles, l’un à l’autre, et je parle de couples mâle-femelle. Je prends les animaux comme exemple, car lorsque l’on se passe au niveau de l’instinct, de choses qu’on ne peut pas contrôler, n’est-ce pas à eux que l’on compare l »Homme? Ne sommes-nous pas des animaux doués de raison?
        Par ailleurs, je suis une personne qui croit à la puissance de la force de caractère. Je pense que nous nous accorderions tous à admettre que si nous ne bridions pas tout ce qui nous passe par la tête, ce serait le souk dans nos vies et dans la société. Quand tu as un discours social ambiant qui martèle que le contre-nature est normal, tu n’as pas envie de te fouler à lutter contre ce qui te pousse si fort à aller contre-courant, au diable la force de caractère!
        C’est à cause de tout ceci que JE pense que l’homosexualité, la bisexualité et toute la question transgenre sont des choix de modes de vie. Ce n’est que MON point de vue qui n’engage que moi, bien entendu.

  12. Votre article(Le Cameroun est-il gay?) est pertinent.Vous affirmez que vous ne comprenez pas l’ homosexualité, votre incompréhension peut se justifier par le fait que vous aviez grandit dans une société hétéronormée. Les individus autour de vous ont toujours je présume affiché des comportements d’ hétérosexuels.Votre imaginaire a été structuré avec toutes les représentations des figures hétérosexuelles.Or les homosexuels ont toujours étés présents dans la société camerounaise tout comme dans les autres sociétés africaines réfractaires aujourd’ hui à l’ homosexualité.La question qui me vient à l’ esprit est la suivante? Pourquoi n’ étaient-ils pas visibles?

    1)Dans un environnement social hostile à l’homosexualité,les individus aux pratiques homosexuels se créent des espaces de rencontres matériels ou symboliques.Ces espaces échappent au reste de la population.Cette pratique est courante chez les individus marginalisés.On assiste dès lors à la mise en place symbolique d’un ensemble de codes qui permet aux homosexuels de se reconnaître entre-eux, de brouiller les pistes lorsqu’ un intrus est présent.Tout se passe comme si les homosexuels seraient en situation de guerre, une situation qui les amènerait à organiser leur vie dans un shéma de survie.

    2)Le deuxième argument concerne le mariage.Dans l’ imaginaire collective l’hétérosexuel est marié avec une femme, il a des enfants avec cette dernière ou du moins avec une autre femme.Le fait que l’homme soit marié avec une femme ou alors vive en concubinage avec une femme(la société camerounaise tolérant le concubinage) crédite déja une orientation hétérosexuelle à cet homme.Celui-ci échappe dès lors à tout soupçon de pratiques homosexuelles(ou bisexuelles).La société voit en lui l’homme hétérosexuel et es loin d’ imaginer que cet homme pourrait se livrer aux pratiques homosexuelles.Chez les jeunes garçons, l’ attrait naturelle ou alors forcée pour les filles chasse également le doute sur son hétérosexualité.Dans les sociétés telles que la société camerounaise ou les rapports sexuels avant le mariage sont tolérés tant chez les garçons que chez les filles, les jeunes garçons donnent toujours le gage en s’ entichant de la compagnie d’ une petite amie même lorsque ces derniers auraient une attirance sexuelle pour les garçons.Dans les sociétés africaines de religion musulmane, l’ abstinence sexuelle avant le mariage est de rigueur contrairement aux sociétés africaines chrétiennes.Il n’ est pas rare de voir les jeunes garçons homosexuels se cacher derrière cette exigence religieuse.Les sociétés africaines ont figé leur regard sur les supposés signes de l’ hétérosexualité,or un certain nombre d’hommes mariés ont toujours mené une double vie(hétéro/homo)

    3)Le troisième point concerne la représentation sociale de la figure de l’homosexuel en Afrique, notamment subsaharienne. L’imaginaire collective dans les sociétés africaine subsaharienne appréhende le gay sous la figure de l’homme efféminé, maniéré avec des habitudes de femmes, ayant une démarche de femme, pas viril.Cette représentation exclut une large partie des autres figures gay,permettant à celles-ci de vivre tranquillement dans les espaces sociaux réputés être hétérosexuels.Le garçon efféminé on le remarque dès l’ adolescence, il fait l’ objet de quolibets, de moqueries, de violences.La famille va l’amener chez les marabouts pour le soigner, on n’ hésitera pas à l’inscrire dans un club de sport, bref il fait une attention particulière, tout comme il fait partie du paysage.Sauf que tous les garçons efféminés ne sont pas des gay.Un nombre de gay ne sont d’ ailleurs pas efféminés, ce qui est surprenant c ‘ est la quantité d’ homosexuels virils, affichant un physique d’ athlète , habillé comme monsieurs tout le monde, loin de l’apparence vestimentaire des gay efféminés, ou des gay flashy.Les gay efféminés sont minoritaires chez les gay .Réduire le gay à un type de physique est un non sens. Tous les hétérosexuels n’ ont pas le même type de physique.

    4) Le dernier point concerne l’ immigration des gay vers l’Occident.Beaucoup de gay ont immigré vers l’Occident, et n’ ont jamais donné les vraies raisons de leur départ.Cette immigration concerne toutes les catégories sociales.Certains ont bénéficié de l’ appui de leurs amis occidentaux, parfois des amis africains mariés occupant des hautes fonctions en Afrique. D’ autre part la pandémie du sida a énormément ravagé les gay partout dans le monde, à telle enseigne qu’ une certaine génération de gay a été décimée considérablement, laissant ainsi un vide.

    Tous ces élément associés à d’ autres peuvent expliquer l’ invisibilité des gays dans les sociétés africaines.L’ invisibilité suggère l’ idée de quelque chose qui est occultée et non de l’ absence voire l’ inexistence de cette chose.Les homosexuels sont dans tous les pays, même dans les sociétés africaines. Ils ont toujours étés présents mais cependant cachés., de nombreux travaux l’ attestent.Certaines personnes fortement hostiles aux homosexuels brandissent l’ argument selon lequel, il n’ existerait pas de mot dans les langues africaines pour désigner l ‘ homosexualité, voire l’ homosexuel.Qu’ on éclaire ma lanterne s’ il existe un mot dans les langues africaines pour désigner l’hétérosexualité ou l’ hétérosexuel. On ne devient pas homosexuel, on naît homosexuel.On peut le ressentir dès l’adolescence mais faire une sorte de refoulement( ce qui est dangereux sur le plan de la santé mental), mais on sait qu’ on est attiré par les hommes dès la puberté parfois avant la puberté.Vue l’hostilité envers les gay, je ne pense pas qu’ un individu conscient souhaiterait devenir gay, ce n’ est pas un choix.En dernière analyse, les homosexuels sont dans toutes les couches sociales , dans tous les corps de métiers , dans toutes religions et dans tous les pays.Les hétérosexuels les côtoient sans savoir.Les hétérosexuels portent les vêtements crées par les gay, parfois ils adoptent les codes des gays véhiculés par la télévision(les films) ou les stars sans le savoir.Le monde a connu des gays célèbres par leurs inventions .Aujourd’ hui les gens se bousculent pour aller aux jeux olympiques sans savoir que ces jeux à l’ origine n’ étaient pas ouvert à tout le monde

  13. Chaque individu sur cette terre est différent, personne n’est identique (physique, âge, origine, religion, philosophie de vie, date et lieu de naissance, expériences au cours de sa vie…L’expression de la vie est multiple. Il en va ainsi des goûts de chacun. Nous sommes tous dotés de sensibilité et l’amour ne connaît pas de frontière. Si deux êtres sont attirés l’un par l’autre, et s’ils sont consentants, la plus belle façon d’honorer l’humanité est de s’accoupler, de magnifier nos sens, la recherche du plaisir réciproque, de célébrer l’amour, de se parler, de se caresser et d’ atteindre le septième ciel. L’amour est l’aspect le plus sublime de l’humanité. Certains imbus de leur personne, en manque d’estime de soi se rêvent supérieurs à d’autres êtres humains et ne semblent trouver de sens à leur vie qu’en infériorisant un groupe humain. C’est malheureusement terriblement classique. Cela existe entre personnes de sexes différents (discriminations de certains hommes envers les femmes) = sexisme, ou d’origines ethniques (racisme) ayant déjà mené à l’esclavage,à la constitution d’empires et de colonies. Parfois le sentiment de supériorité personnelle mène au despotisme (dictatures). Ces vanités se sont révélées dangereuses pour l’humanité, certains n’ayant eu de cesse de se trouver des bouc émissaires, de faire la guerre à l’autre, pratique plus commode pour tenter de régler ses propres problèmes d’ignorance, d’intolérance. L’homosexualité ne saurait être un choix, car tous les homosexuels ou bisexuels sont nés d’un père et d’une mère et en tant que tels méritent le respect et l’amour de leur parents. Est il bien utile, pertinent de faire une distinction entre les couples selon leurs orientations sexuelles? Dans quel but? Avilir ces individus afin de se sentir supérieur, moins insignifiant? Dans la plupart des pays africains les lois condamnant l’homosexualité sont issues des lois coloniales. Une véritable décolonisation suppose d’abolir ces lois issues du colonialisme, clairement obsolètes et contraires aux droits humains, u respect de chaque individu.L’Afrique du Sud sous la houlette de Nelson Mandela, le sage de la nation, ayant subi de nombreuses années de prison et ayant participé à la désintégration de l’apartheid, a su utiliser sa propre expérience pour évoluer et bannir toute discrimination à base raciale, sexuelle ou d’orientation sexuelle et faire de l’Afrique du Sud le pionner sur le continent africain en ce qui concerne l’accession de tous (homosexuels et hétérosexuels) au mariage) et garantir la non discrimination dans la constitution sud africaine. Alors il est grand temps que le Cameroun s’intéresse au développement harmonieux de sa société et sache pleinement développer le potentiel de ses fils et ses filles (homosexuels ou hétérosexuels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *